Etat des lieux de l’emploi (suite)

Etat des lieux de l’emploi Pour donner suit à notre dernier article, et toujours sur base de l’étude de l’Insee du 13 juin 2016, nous allons, ici, voir ce qu’il en est des emplois non qualifiés, du chômage et du sous-emploi et enfin du chômage de longue durée.

Les emplois non qualifiés

Il faut tout d’abord savoir qu’une personne active sur cinq travaille comme employé non qualifié. Si l’on observe de plus près les statistiques, on note que pour les actifs occupés :

  • 1,8 % sont agriculteurs ;

  • 6,4 % sont chefs d’entreprise, artisans ou commerçants ;

  • 20,4 % sont ouvriers ;

  • 28,1 % sont employés ;

  • 43,1 % sont des cadres ou des professions intermédiaires.

Il est également intéressant de savoir que 43 % des ces actifs “non qualifiés” sont embauchés en temps partiel. En outre, cette donnée concerne 14,5 % des hommes (12,9 % d’employés, 20,5 % de cadres et 31,7 % d’ouvriers) et 26,6 % des femmes (8,4 % d’ouvrières, 44,2 % d’employées et 14,7 % de cadres) en activité.

En termes de secteur d’activité, les pourcentages d’actifs occupés se répartissent comme suit :

  • agriculture : 2,7 % ;

  • construction : 6,4 % ; 

  • industrie : 13,9 % ;

  • secteur tertiaire : 75 %.

Le chômage et le sous-emploi

Ce sont 1,7 million de personnes, soit 6,6 % des actifs occupés qui, en 2015, se trouvaient en sous-emploi. Etaient d’ailleurs concernées des personnes employées en temps partiel, en quête de plus de travail. L’étude révélait aussi que, en termes de pourcentages, le sous-emploi concernait 15,6 % des personnes occupant un emploi non qualifié, 12,5 % des jeunes et 9,7 % des femmes.

En 2015, la France accusait un taux de chômage de 10 %. Les plus touchés étaient les moins de 25 ans (24 %), suivis des non diplômés ou simplement titulaires du brevet (16,8 %) puis des ouvriers (14,6 %).

A cela, il ne faut pas omettre d’ajouter les 1,4 million de personnes qui désirent travailler mais qui ne rentre plus dans les chiffres du chômage. Une donnée qui représente 3,5 % des 15-64 ans.

Le chômage de longue durée

Enfin, le chômage dit de longue durée (au moins un an) touche 4.3 % des actifs sans emploi, soit 42,6 % des chômeurs. Pour ce qui est la très longue durée, soit au moins deux ans, ce sont 2,2 % des actifs sans emploi qui sont touchés.

Par ailleurs, les plus vulnérables face au chômage de longue durée sont les seniors. Les non diplômés sont également plus fragiles que les personnes disposant d’un Bac + 2.

Etat des lieux de l’emploi

Etat des lieux de l'emploi Selon une étude de l’INSEE, parue le 13 juin, une hausse de 1.8 point a été enregistrée en France métropolitaine quant à l’activité des 15/64 ans entre les années 2005 et 2015. Cela correspond à une hausse de 2.5 millions d’actifs sur environ 10 années. Mais que nous apprend vraiment cette “photographie du marché du travail en 2015” ? C’est précisément ce que nous allons aborder dans ce premier volet autour de 2 grandes thématiques.

L’activité des femmes et des seniors

Entre 2005 et 2015 :

  • Le taux d’activité des femmes est passé de 64,4 à 67,6 % soit une progression de 3,2 points.

  • Concernant les hommes, ce taux a peu évolué et se situe à 75,5 % en 2015.

  • En termes de tranche d’âge, 64,3 % des 15/64 ans occupaient un emploi en 2005 ; ce taux est monté à 71,5 % pour 2015, soit une hausse de 1,8 point.

  • L’augmentation précitée est principalement due à l’activité des seniors. En effet, les 50/64 ans ont connu une évolution de 7.6 points de leur taux entre 2005 et 2015. C’est le résultat des réformes visant le recul de l’âge du départ en retraite.

CDD versus CDI

Divers critères peuvent être ici analysés. En 2015, l’INSEE faisait ressortir des chiffres très intéressants.

88,5 % des actifs occupés étaient salariés. Ce taux se décomposait comme suit :

  • 1,6 % en apprentissage ;

  • 2,5 % en intérim ;

  • 10,4 % en CDD ;

  • 85,6 % en CDI.

Si la parité hommes/femmes est respectée en termes de salariat, on constate que, en entrant plus avant dans le détail, cette parité n’est plus. Effectivement, si l’on étudie de plus près les données en rapport au type de contrat de travail, l’étude nous apprend que :

  • en CDD : ce sont 8,5 % d’hommes pour 12,3 % de femmes ;

  • en intérim : on passe à 3,5 % d’hommes pour 1,4 % de femmes.

Le temps de travail rentre également en ligne de compte pour cette parité puisque 8,8 % des actifs occupés l’étaient à temps partiel avec 30,4 % de femmes et 7,9 % d’hommes. Sur ce plan, les taux varient aussi en fonction de l’âge puisque 21,9 % des 50 ans et plus sont concernés contre 24,7 % des moins de 25 ans.

D’ailleurs l’âge est aussi un facteur car ces moins de 25 ans étaient en CDI à hauteur de 44,9 %, en CDD pour 32,2 % d’entre eux, en apprentissage à raison de 16,5 % et en intérim pour 6,4 %.

La prochain article, second volet sur cette étude de l’INSEE, vous apportera des détails quant aux données afférentes au chômage et aux emplois non qualifiés.