Le comité d’entreprise et la protection sociale des salariés

Fotolia_23710329_XS Pour exercer sa mission qui consiste à aider les salariés de sa société à vivre avec plus d’aisance, le comité d’entreprise propose souvent des formules qui améliorent leur couverture sociale.

Le comité d’entreprise et le remboursement des frais de santé

Les remboursements du régime obligatoire d’assurance-maladie étant parfois très insuffisants, le comité d’entreprise offre très souvent aux salariés des grandes sociétés la possibilité d’adhérer à des mutuelles dans des conditions avantageuses. Pour atteindre cet objectif, il contacte les organismes qui proposent des assurances complémentaires pour la santé. Ensuite, il les met en concurrence et il sélectionne ceux qui peuvent proposer les formules les plus compétitives. En faisant cette démarche, il doit examiner très attentivement le montant des primes qui seront demandés aux salariés, mais aussi le niveau des remboursements proposés. Cet examen doit être très rigoureux pour l’évaluation des remboursements des frais d’optique ou de prothèse dentaire, car il s’agit de soins coûteux et mal pris en charge. Il faut également examiner de près les remboursements proposés pour les cas d’hospitalisation ou pour les affections de longue durée. Si le responsable de la couverture sociale de votre comité d’entreprise sait bien négocier avec les organismes d’assurance, vous pourrez bénéficier d’un bon remboursement de vos soins en ne payant que des primes modiques. Cependant, cet avantage ne dispense pas de prendre soin de sa santé en ayant une alimentation équilibrée et en bannissant totalement le tabac.

Le comité d’entreprise et la prévoyance

Dans la gestion de la couverture sociale des salariés, il faut toujours tenir compte du risque de décès prématuré ou d’incapacité totale de travail qui résulterait d’un accident. En conséquence, la recherche d’un bon contrat de prévoyance pour les salariés fait partie des attributions socioculturelles du comité d’entreprise. Le responsable qui gère la couverture sociale des salariés doit donc choisir ce contrat en fonction des ressources qui seraient nécessaires à la famille d’un salarié qu’une maladie ou un accident rendrait physiquement inapte à travailler. Pour déterminer ce besoin, il faut prendre en compte des frais qui sont nécessaires pour assurer un train de vie décent. Il y a donc lieu de tenir compte du nombre d’enfants à charge et de ce qu’il faut dépenser pour le logement, pour la nourriture, pour l’électricité, pour le téléphone, pour les transports et pour les loisirs. En second lieu, le comité d’entreprise doit faire une sélection en fonction des conditions que chaque organisme de prévoyance peut accorder dans la mesure où il bénéficie de l’adhésion de plusieurs centaines de personnes. Enfin, il choisit l’organisme qui offrira la meilleure prévoyance pour le prix le plus avantageux.

Le rôle du comité d’entreprise pour les retraites

Le comité peut contribuer à une meilleure retraite des salariés en sélectionnant un organisme de retraite complémentaire qui versera des pensions qui complèteront celles du régime obligatoire. Si cette aide est organisée conformément à la loi de 2003 relatives aux retraites, l’employeur n’aura pas à payer de charges sociales sur l’avantage qui est ainsi octroyé aux salariés. Il convient donc d’examiner avec soin les dispositions de cette loi pour choisir un organisme dont les prestations répondent aux conditions qu’elle exige. Cette démarche permettra aux salariés d’avoir un meilleur niveau de vie lors de leur retraite moyennant un coût raisonnable pour l’employeur.